La cheville et le pied sont formés par une succession d’os compartimentés d’arrière en avant en « régions anatomiques » :

La cheville et le pied sont formés par une succession d’os compartimentés d’arrière en avant en « régions anatomiques » :

  • L’arrière-pied est constitué par le calcanéus et le talus (ou astragale).
  • Le médio-pied est constitué par l’os naviculaire, le cuboïde et les os cunéiformes.
  • L’avant-pied est constitué par les métatarsiens et les phalanges. Cette partie et en particulier le gros orteil, est particulièrement sollicitée lors de la phase de propulsion de la marche. En pratique, les pathologies de l’avant-pied sont les plus fréquentes : l'hallux valgus, l’hallux rigidus, les métatarsalgies ou les griffes d’orteils 
Ces régions anatomiques forment ensemble d’arrière en avant des arches. ’arche interne est la plus creuse alors que l’arche externe est beaucoup moins prononcée. En pathologie, un pied plat correspond à un affaissement de l’arche interne. A l’inverse, un pied creux correspond à une accentuation de cette arche.
 
Vue latérale des os et articulations de la cheville
Vue médiale des os et articulations de la cheville

Vue supérieure des os et articulations de la cheville et du pied

Ces régions anatomiques sont articulées entre elle :

  • L’articulation talo-crurale unit le pilon tibial au talus.  Les mouvements de cette articulation permettent les mouvements de flexion et d’extension de la cheville. L’usure du cartilage de cette articulation peut compromettre les mouvements de cette articulation en cas d’arthrose de la cheville.
  • L’articulation de Chopart unit l’arrière-pied et le médio-pied.
  • L’articulation de Lisfranc unit le médio-pied à l’avant-pied.

La stabilisation de la cheville est permise grâce à un système ligamentaire :

On distingue ainsi :

  • le ligament collatéral latéral (ligament latéral externe) qui est lui même composé de 3 faisceaux (le ligament talo-fibulaire antérieur et postérieur et le ligament calcanéo-fibulaire). Ce ligament contrôle la stabilité en varus et évite à la cheville de partir en dedans. Il s’agit du ligament le plus souvent touché en cas d’entorse de la cheville.
  • Le ligament collatéral médial (ligament latéral interne) qui est lui même composé de 4 faisceaux (partie tibio-talaire antérieure et postérieure, partie tibio-calcanéenne et tibio-naviculaire). Ce ligament contrôle la stabilité en valgus et évite à la cheville de partir en dehors.
  • les ligaments tibio-fibulaire antérieur et postérieur : ils permettent de stabiliser la fibula (péroné) contre le tibia.

Vue latérale de l'appareil ligamentaire de la cheville 

Vue médiale de l'appareil ligamentaire de la cheville

De nombreux muscles participent à la mobilisation de la cheville et du pied:

  • Le muscle triceps sural permet la flexion plantaire grâce à son insertion sur le calcanéus par le tendon calcanéen ou tendon d’Achille.
  • Les muscles tibiaux antérieur et postérieur  participent à la flexion dorsale ainsi qu’aux mouvements d’inversion (mouvement consistant à amener la plante du pied à regarder en dedans). Le tendon du tibial postérieur est impliqué dans le pied plat.
  • Les muscles fibulaires sont au contraire éverseurs (ils amènent la plante du pied à regarder en dehors). Ils protègent la cheville lors des mécanismes d’entorse.
  • Les muscles fléchisseurs et extenseurs des orteils, le long extenseur et long fléchisseur de l’hallux permettent la réalisation des mouvements de flexion et d’extension des orteils et du gros orteil.

Vue latérale des muscles et tendons de la cheville

Vue médiale des muscles et tendons de la cheville

L’ensemble de ces muscles sont dits « extrinsèques » car leur corps musculaire se situent au niveau de la jambe en amont de la cheville et du pied qu’ils contrôlent. Il existe également des muscles intrinsèques situés au niveau du pied. Ils agissent comme des « régulateurs » afin de mieux contrôler les mouvements des puissants muscles extrinsèques.