Qu’est-ce que la griffe des orteils ?

On parle habituellement de griffe des orteils lorsque la position recourbée des orteils est permanente et s’accompagne d’un conflit douloureux, soit dorsal avec cor en regard des articulations inter-phalangiennes proximales ou distales, soit plantaires avec durillon pulpaire. La position transitoire au cours de la marche lors du pas antérieur est en revanche normale.

La déformation en griffe domine la pathologie des orteils externes qui englobe également la pathologie du cinquième orteil et de la pathologie interdigitale responsable d’oeil de perdrix.



Orteils en griffes

Existe t-il plusieurs types de griffes ?

Déformation banale, responsable d’une gêne fonctionnelle souvent importante, la griffe d’orteils nécessite une étude attentive du siège de la déformation, de son caractère réductible, de la morphologie et de la pathologie du pied qui l’a engendrée.

On peut ainsi différencier plusieurs types de griffes :

  • Griffe proximale : C’est la déformation la plus commune caractérisée par une extension de l’articulation métatarso-phalangienne (MP) et une flexion de l’articulation inter-phalangienne proximale (IPP). Cette dernière occupe le sommet de la déformation, entre en conflit avec la chaussure d’où un cor dorsal à la face profonde duquel peut se former un hygroma.


  • Griffe distale : C’est la déformation en flexion de l’inter-phalangienne distale (IPD). L’articulation MP est en position neutre, et le sommet de la déformation se situe au niveau de l’IPD. Un cor se développe à la face dorsale de cette articulation, et surtout l’appui distal est douloureux avec durillon ou cor pulpaire qui domine le plus souvent la symptomatologie.


  • Griffe totale : La déformation associe une hyperextension de la MP, une flexion de l’IPP et une flexion de l’IPD. Il existe un cor à la face dorsale de l’IPP et de l’IPD. Il est important d’analyser le siège de la déformation la plus importante et le caractère réductible ou non de chaque déformation.


  • Griffe totale inversée : A une extension plus ou moins marquée de l’articulation MP, s’associe une flexion de l’IPP et une hyperextension de l’IPD. La deuxième phalange est pratiquement verticale. Il existe un cor dorsal au niveau de l’IPP et un durillon plantaire en regard de la tête de P2 et de la base de P3.

Quelles sont les causes des griffes d’orteil ?

La déformation en griffe des orteils est une constatation fréquente dans le cas de la pathologie de l’avant-pied, elle est témoin d’une disharmonie morphologique ou statique des orteils et du pied : association fréquente à un hallux valgus avec ou sans métatarsalgies.

D’autres causes seront également recherchées : origine congénitale, pied creux, troubles neurologiques, séquelles post-traumatiques.

Quels sont les symptômes de l’orteil en griffe ?

Les griffes peuvent être souples et réductibles mais vont devenir raides et irréductibles par de simples manipulations.

La gêne sera provoquée par des callosités, des durillons, ou un conflit inter-digital appelé «œil-de-perdrix». Parfois même, si les conflits sont importants, des plaies et des ulcères peuvent être présents.

Quels sont les traitement possibles ?

Lorsque la déformation des orteils est réductible, la modification du chaussage associée à des soins de pédicure, port éventuel de semelles orthopédiques, orthèses de protection en silicone peuvent amener soulager le patient.

Le traitement chirurgical sera proposé en cas de troubles importants ou de déformation fixée, et en l’absence d’infection locale.

Quels sont les traitements chirurgicaux envisageables ?

Le traitement de la cause notamment un hallux valgus ou un pied creux sera associer au  traitement de la griffe des orteils.

A la variété des déformations en griffe des orteils et de leurs étiologies correspondent différentes techniques opératoires :

  • Arthroplastie inter-phalangienne : résection d’un conflit douloureux et saillant par technique classique ou percutanée mini invasive.
  • Arthrodèse : fixation de l’articulation douloureuse avec une certaine angulation, soit par broche (à retirer à 1 mois), soit par implant interne, restant définitivement en place.
    Radiographie de l’avant-pied de face montrant des arthrodèses du 3ème et du 4ème orteils réalisées pour orteils en griffes.
  • Transfert de tendon ou ténotomie percutanée
  • Ostéotomie de phalange ou de métatarsien, par technique classique (avec matériel métallique) ou percutanée, mini-invasive.

 

 

A retenir :

  • L’orteil en griffes est une déformation des orteils externes
  • Plusieurs formes cliniques existent mais les symptômes associent le plus souvent conflits douloureux au chaussage avec cors et durillons
  • L’origine du trouble est variable et doit être prise en considération dans le traitement de l’affection